Breadcrumb

Résultats financiers du Groupe Proximus - Troisième trimestre de 2019

Information réglementée 25/10/2019 7:00

Proximus clôture le troisième trimestre en conservant une dynamique commerciale positive et en tirant profit de ses réductions de coûts structurelles

  • Croissance continue des principales bases clients domestiques dans un contexte hautement concurrentiel
  • Solide maîtrise des coûts domestiques, entraînant une baisse des dépenses de 2,9 %
  • EBITDA domestique sous-jacent de 430 millions d'euros au troisième trimestre, +0,4 % par rapport à la même période de 2018 ; EBITDA sous-jacent du Groupe en hausse de 0,5 %
  • Solide cash-flow libre de 517 millions d'euros sur les 9 premiers mois de l'année, hors impact des acquisitions
  • Confirmation des prévisions pour l'ensemble de l'année 2019
  • Dividende intérimaire de 0,50 euro par action à verser le 6 décembre 2019

Sandrine Dufour, CEO ad interim du Groupe Proximus

"Malgré un marché difficile, nous avons conservé une dynamique commerciale positive, avec une hausse de nos bases clients internet, TV et Mobile Postpaid grâce à notre stratégie de convergence et de segmentation. Nous continuons à lancer des offres innovantes répondant aux besoins des clients. Ainsi, nous avons récemment enrichi notre offre Epic combo pour les Millennials afin d'offrir une expérience totalement digitale encore plus attractive. Avec Scarlet, nous conservons une position attractive dans le segment des clients sensibles aux prix.

Dans le segment Enterprise, nous observons une érosion régulière du chiffre d'affaires pour les produits fixes traditionnels, tout en faisant face à une concurrence intense sur le marché télécom local. Nous avons cependant continué à faire croître notre base mobile et sommes parvenus à maintenir notre parc internet relativement stable. Dans le domaine ICT, nous continuons à nous concentrer sur le marché en pleine croissance des services professionnels, avec le support des sociétés ICT acquises, et nous mettons moins l’accent sur la revente de produits.

Compte tenu de nos résultats pour les neuf premiers mois de l’année, nous sommes confiants de pouvoir concrétiser nos prévisions pour l’ensemble de 2019. Notre stratégie #shifttodigital lancée au début de l'année porte ses fruits et nous observons une cristallisation de certaines économies de coûts un peu plus tôt que prévu dans nos activités domestiques. Grâce à une solide maîtrise des coûts et des efficacités opérationnelles générées par la digitalisation, nous avons augmenté notre EBITDA domestique de 0,4 % au troisième trimestre et amélioré notre marge d'EBITDA pour atteindre 40,2 %. Pour BICS, l'impact de l'internalisation progressive de services par MTN, à la suite du renouvellement du contrat commercial, se manifeste avec un peu de retard, l’effet au troisième trimestre étant plus faible qu’attendu.

Notre projet fibre évolue bien, avec un déploiement en cours dans 12 villes en Belgique et des réalisations commerciales attrayantes. Au cours de l’année, nous avons considérablement accéléré notre rythme de déploiement et contracté récemment un troisième consortium afin de booster les capacités opérationnelles et d’atteindre la vitesse de déploiement ambitieuse prévue dans notre plan actuel.

Cela fait maintenant plus d'un mois que j’exerce la fonction de CEO ad interim de cette formidable entreprise. Après cinq années au poste de CFO, je connais bien l'entreprise et j'adhère à la stratégie #shifttodigital définie avec le Comité exécutif et le Conseil d’Administration. Sur un marché de plus en plus concurrentiel, nous continuerons à nous concentrer sur l’acquisition de nouveaux clients et à stimuler la convergence, tout en poursuivant nos efforts de réduction des coûts et de digitalisation. Nous continuerons à déployer la fibre tant pour les clients résidentiels que professionnels et finaliserons l'accord de partage du réseau d'accès mobile avec Orange Belgium. Nous confirmons l’intention de finaliser les négociations avec les organisations syndicales sur le programme de transformation de l'entreprise et ce, avant la fin de l'année."

Proximus fait croître ses principales bases clients au troisième trimestre grâce à sa stratégie de convergence et ses offres segmentées

Durant une période de rentrée scolaire traditionnellement dynamique sur le plan commercial, le segment Consumer de Proximus a augmenté sa base clients Mobile Postpaid, tout en améliorant son taux d'attrition de 1 p.p. par rapport à la même période de 2018. L'érosion dans le Mobile Prepaid a été plus limitée, notamment grâce au lancement du nouveau portefeuille Prepaid de Proximus en avril. Le segment Enterprise est également parvenu à conserver une base mobile en croissance, malgré une concurrence intense sur ce marché.

Sur le marché fixe, Proximus a maintenu une évolution positive de ses bases clients internet et TV dans le segment Consumer, le segment Enterprise conservant pour sa part un parc internet relativement stable.

Proximus a continué à profiter de sa stratégie de convergence, avec une augmentation en glissement annuel de sa base clients 4-Play et une progression de sa base convergente 3-Play grâce au succès d'Epic combo et de Minimus.

Proximus parvient à faire croître légèrement son EBITDA domestique sous-jacent au troisième trimestre grâce à des réductions de coûts structurelles

Au troisième trimestre 2019, Proximus a réalisé un chiffre d'affaires domestique sous-jacent de 1.071 millions d'euros, soit 2,0 % de moins par rapport à la même période de 2018. Abstraction faite du chiffre d'affaires en érosion pour les terminaux à faible marge, le chiffre d'affaires domestique sous-jacent au troisième trimestre a baissé de 1,8 % par rapport à l'année passée, soit un recul stable par rapport au trimestre précédent.

Le chiffre d'affaires pour les services télécoms s'est élevé à 782 millions d'euros, soit une baisse de 2,0 % ou 16 millions d'euros, dont 9 millions d'euros dus à l'impact de la réglementation.

Le chiffre d'affaires pour les services fixes a continué d'être impacté par l'érosion du parc voix fixe et du trafic correspondant. En revanche, Proximus est parvenue à faire croître ses bases clients internet et TV en dépit de la concurrence intense.

Pour les services mobiles, Proximus a enregistré un chiffre d'affaires de 301 millions d'euros, soit une baisse de 3,0 % en glissement annuel. La réglementation européenne relative aux tarifs des appels et SMS internationaux, entrée en vigueur à la mi-mai 2019, s'est répercutée durant tout le trimestre et a été le principal facteur de la baisse en glissement annuel du chiffre d'affaires Postpaid. À cela s'ajoute la baisse constante du chiffre d'affaires du trafic entrant à faible marge. La croissance de la base clients Mobile Postpaid de Proximus n'a pas compensé entièrement la baisse de l'ARPU Mobile Postpaid dans les segments Consumer et Enterprise.

Le chiffre d'affaires ICT du Groupe s'est élevé à 133 millions d'euros au troisième trimestre 2019 (+0,4 %), les avantages tirés du portefeuille ICT élargi dans le segment Enterprise étant désormais entièrement annualisés. Proximus continue à se concentrer d’un point de vue stratégique sur les services ICT à marge plus élevée plutôt que sur les produits ICT à faible marge.

Proximus a enregistré au troisième trimestre une marge directe sous-jacente de 827 millions d'euros pour ses activités domestiques, soit une baisse de 1,2 % par rapport à l'année passée. En plus de l'érosion continue de la marge directe pour la voix fixe, la marge directe a subi un impact de -6 millions d'euros dû à la pression réglementaire (baisse des tarifs de terminaison fixe et réglementation relative aux tarifs des appels/SMS internationaux). Elle a également été impactée par l'annualisation de la contribution des entreprises ICT spécialisées acquises en 2018, qui fournissent des services ICT à marge élevée. La marge directe domestique exprimée en pourcentage du chiffre d'affaires a toutefois progressé de 0,7 p.p. par rapport à l'année dernière pour atteindre 77,2 %, la pression sur le chiffre d'affaires étant en partie liée aux produits à faible marge.

Proximus a réduit ses dépenses domestiques sous-jacentes au troisième trimestre de 2,9 % en glissement annuel, soutenue par l’évolution de ses dépenses à la fois non liées à la force de travail (-2,7 %) et liées à la force de travail (-3,0 %). Les acquisitions ICT de 2018 étant entièrement annualisées, les avantages liés à une baisse des effectifs organiques sont plus prononcés. La baisse des dépenses au troisième trimestre résulte également des économies structurelles réalisées par l'entreprise grâce à la digitalisation et aux efforts de réduction des coûts au niveau de l'entreprise.

Grâce à une solide maîtrise des coûts, Proximus a enregistré un EBITDA domestique sous-jacent de 430 millions d'euros, en hausse de 0,4 % en glissement annuel.

BICS enregistre une solide croissance de sa marge directe, principalement grâce aux activités non-voix, et clôture le troisième trimestre sur un EBITDA en hausse

BICS a enregistré au troisième trimestre une marge directe de 83 millions d'euros, en hausse de 4,4 % . L'impact de l'internalisation progressive par MTN a été plus lent que prévu et n'a eu qu'un effet limité sur les résultats financiers de BICS au troisième trimestre. La croissance de la marge directe de BICS est entièrement due à la marge directe non-voix, en hausse de 11,2 % par rapport à l'année passée en raison d'une forte croissance des volumes Application-to-Person (A2P) et de roaming. La marge directe de BICS exprimée en pourcentage du chiffre d'affaires a progressé de 1,8 p.p. par rapport à l'année passée, pour atteindre 24,9 % au troisième trimestre 2019.

La croissance de la marge directe ayant été partiellement neutralisée par la hausse des dépenses liées à la force de travail, BICS a enregistré au troisième trimestre 2019 un EBITDA de 40 millions d'euros, soit une hausse de 0,9 % en glissement annuel.

Le Groupe Proximus enregistre au troisième trimestre une évolution positive de l'EBITDA sous-jacent et un solide cash-flow libre

Dans l'ensemble, le Groupe Proximus a réalisé au troisième trimestre 2019 un chiffre d'affaires sous-jacent de 1.407 millions d'euros, en recul de 2,3 % par rapport à la même période de 2018.

Au troisième trimestre 2019, la marge directe sous-jacente du Groupe Proximus s'est élevée à 911 millions d'euros, soit une baisse de 0,7 % par rapport au troisième trimestre 2018.

Les dépenses d'exploitation sous-jacentes du Groupe Proximus au troisième trimestre 2019 ont baissé de 1,9 % , passant à 441 millions d'euros.

L'EBITDA sous-jacent du Groupe Proximus s'est élevé au troisième trimestre à 470 millions d'euros, soit une hausse de 0,5 % par rapport à la même période de 2018.

Proximus a généré au troisième trimestre 2019 un cash-flow libre de 240 millions d'euros, atteignant ainsi un cash-flow libre de 482 millions d'euros pour les neuf premiers mois de l'année, ou de 517 millions d'euros quand on exclut les dépenses liées aux acquisitions, montant comparable aux 395 millions d'euros pour la même période de 2018 (ajustement de 46 millions d'euros de dépenses liées aux acquisitions). L'augmentation du cash-flow libre en glissement annuel résulte principalement d'un effet calendrier dans les versements anticipés pour l'impôt, de la baisse de la trésorerie dépensée pour le CAPEX, d'une baisse des versements d'intérêts et d'un fonds de roulement positif de l'entreprise. Cette augmentation a par ailleurs été influencée positivement par une progression de l'EBITDA sous-jacent sur les neuf premiers mois de 2019.

Proximus continue d’investir massivement dans les plateformes digitales, son réseau de transport, un service mobile de première qualité et le déploiement de "La fibre en Belgique"

À la fin septembre 2019, le Groupe Proximus avait investi 688 millions d'euros, hors CAPEX lié au spectre, soit un peu moins que les 697 millions d'euros investis durant la même période en 2018.

Globalement, Proximus a continué d'investir notamment dans de nouvelles plateformes digitales, dans la modernisation étalée sur plusieurs années de son réseau de transport et dans son projet "La fibre en Belgique". Jusqu'à présent, Proximus est en train de déployer la fibre dans 12 villes et communes, avec Alost, Vilvorde et Knokke-Heist annoncées en 2019. De plus, Proximus a continué d'investir dans son réseau mobile pour offrir un service mobile de première qualité tout en répondant à la hausse continue de la consommation de données.

Prévisions 2019 et rémunération des actionnaires

Compte tenu des meilleures estimations pour le reste de l'année, Proximus s'attend à ce que l'évolution de son chiffre d'affaires domestique hors terminaux pour l'ensemble de l'année 2019 reste proche des -1,5 % enregistrés sur les neuf premiers mois de l'année, malgré la concurrence toujours plus intense. Grâce à une solide réduction des coûts jusqu'à présent et des bénéfices en lien avec la stratégie #shifttodigital qui se sont concrétisés un peu plus tôt que prévu, Proximus s'attend à clôturer l'année sur une légère croissance de son EBITDA domestique. L'impact du renouvellement de l'accord avec MTN a été limité jusqu'à présent et devrait se renforcer progressivement au cours des prochains trimestres. Proximus confirme ses prévisions d'un EBITDA sous-jacent du Groupe stable, y compris un impact négatif des mesures réglementaires sur la marge directe de l'ordre de -20 millions d'euros.

Le CAPEX du Groupe pour 2019, hors spectre, devrait rester stable par rapport au niveau de 2018, y compris les investissements en hausse dans le projet "La fibre en Belgique".

Conformément à son engagement sur trois ans communiqué le 16 décembre 2016, Proximus projette de verser un dividende brut stable de 1,50 euro par action pour ses résultats de 2019. Le 24 octobre 2019, le Conseil d'Administration de Proximus a approuvé le versement aux actionnaires d'un dividende intérimaire brut de 0,50 euro par action, à verser le 6 décembre 2019.

Le rapport financier complèt

Imprimez

Partagez cette nouvelle via