Le fait que la couverture des téléphones mobiles soit plus faible dans les trains qu'à l'extérieur est lié au concept de "cage de Faraday" en physique : une enveloppe métallique -comme l'est un wagon de train- est plus difficile à pénétrer par le rayonnement électromagnétique, ce qui entraîne une forte réduction du signal électromagnétique.

Il est donc très difficile d'obtenir une couverture mobile à 100 % dans les trains.

La couverture peut être améliorée en construisant de nouvelles antennes le long des lignes ferroviaires. Proximus y a fait des efforts importants ces dernières années, en se concentrant sur les principales lignes ferroviaires.

Chaque fois qu'un nouvel emplacement d'antenne est construit par un opérateur - que ce soit ou non le long des lignes de chemin de fer - il existe une procédure légale qui permet aux autres opérateurs de construire une antenne au même endroit / mât. Dans ce cas, le site (pas nécessairement l'antenne) est effectivement partagé. Chaque opérateur fait ici son propre choix, en fonction des besoins de son réseau mobile en termes de réception et de capacité.

Les développements technologiques apportent en effet des améliorations. Aujourd'hui, de nombreux appareils mobiles sont déjà équipés de la technologie VoLTE : utiliser le réseau 4G pour traiter un appel téléphonique. Proximus a mesuré lors de ses tests dans les trains que cette technologie plus récente offre également une meilleure expérience dans le train, en grande partie grâce au fait que la technologie 4G utilise une fréquence légèrement plus basse (800Mhz) : une fréquence plus basse passe un peu plus facilement dans une "cage de Faraday". Lentement mais sûrement, on s'éloigne des combinés GSM "classiques" pour se tourner vers cette technologie plus récente.

Il en va de même pour l'utilisation des données mobiles : les appareils les plus récents peuvent gérer la 4G, qui fonctionne beaucoup plus rapidement que les anciens appareils 3G ou 2G. La mise à jour technologique vers la 4G est terminée à 99% sur le réseau Proximus. Et la 5G promet également une amélioration de la vitesse et de la réception des données, notamment lorsque les fréquences de 700 MHz seront disponibles après la vente aux enchères du gouvernement.

Certaines communes wallonnes nous ont demandé de suspendre l'activation de la technologie 5G sur leur territoire, afin de permettre une période d’information de leur population à propos de la 5G. Proximus, afin de permettre de mener ces discussions de manière sereine, a accepté de suspendre temporairement son déploiement dans ces communes. Cette suspension temporaire nous permettra d’échanger de façon constructive avec la région wallonne et les communes sur ce que peut apporter la 5G et partager des informations rassurantes concernant les aspects santé et environnementaux de cette nouvelle technologie. Proximus garde l’ambition de déployer le meilleur réseau 5G de Belgique tout en respectant toutes les normes applicables dans chaque région qui sont parmi les plus strictes du monde.

Proximus prépare la 5G depuis des années, avec des tests qui ont été annoncés et communiqués depuis 2016. Etant donné que nous annoncions notre nouvelle stratégie le 31 Mars, il avait été prévu depuis longtemps de lancer notre réseau 5G initial en même temps. Les préparations pour ceci étaient déjà en cours depuis longtemps, et n’ont donc rien à voir avec la situation actuelle.

Pour les premières villes pour le lancement, nous nous sommes basés sur les villes wallonnes et flamandes où il y a aujourd’hui une demande importante en Mobile data (en 3G et en 4G) – c’est donc basé sur l’utilisation existante par nos clients.

Concernant la communication, nous sommes actuellement en dialogue avec les communes et les échevins qui nous ont contacté à ce sujet. Nous allons bien évidement répondre à leurs questions. Ce sont également des endroits où il y a de nombreuses entreprises et industries qui sont potentiellement intéressées par cette technologie.

Notre réseau a toujours été déployé dans le respect des législations régionales tant en matière urbanistique qu’environnementale et nous disposons de toutes les autorisations.

Pour ce déploiement initial, nous avons utilisé des antennes existantes ainsi que la bande de fréquence déjà acquise et utilisée, mais nous avons mis à jour notre technologie pour permettre à nos clients d’utiliser la 5G.

Toutefois, nous n’avons rien modifié en termes de puissance d’émission (ondes) et nous respectons les normes environnementales actuellement en vigueur dans chaque région, ce qui a été attesté par les autorités régionales responsables. Il n’y a donc pas d’émissions supplémentaires dans le cadre de ce lancement initial de la 5G.

Proximus reconnaît et assume pleinement sa responsabilité sociétale d'appliquer un principe de prudence lorsqu'il s'agit de protéger ses clients. Les aspects sanitaires des radiofréquences, en particulier celles utilisées dans la téléphonie mobile, font l'objet d'études scientifiques depuis plus de 30 ans. Près de 30 000 études ont été réalisées, et nous suivons l’évolution de ces études constamment.

Sur la base de ces études, aucun lien n’a été démontré entre les émissions d’ondes et des quelconques dangers sur la santé, à condition que ces émissions d’ondes restent dans les limites recommandées par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Les normes dans les régions belges sont beaucoup plus strictes que les normes recommandées par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), et Proximus a toujours agi et continue à agir dans le cadre de ces normes belges.

Dans nos pays voisins (Allemagne, France, Pays-Bas), les normes sont alignées avec les normes internationales. La 5G ne changera pas ces normes, et le déploiement se fait et se fera dans tous les pays, y compris la Belgique, dans le respect de ces normes.

La 5G est une technologie qui est plus efficace en termes de consommation d’énergie que la 4G, 3G et 2G – elle permet de transférer plus de données pour une même consommation d’électricité, et nous permet donc de faire face à la demande de nos clients de manière plus écologique.

De plus, Proximus s’assure, déjà aujourd’hui, que 100% de notre approvisionnement d’électricité vient d’énergie verte, tel que des panneaux solaires et des éoliennes.

Il n’y a donc pas d’émissions supplémentaires de CO2 suite au lancement de la 5G, au contraire.

Sur notre site Proximus.com, nous avons mis à disposition une page apportant des informations supplémentaires concernant l’impact des ondes sur la santé et l’environnement. Ils s’y trouvent également des liens sur des pages d’informations mises à disposition par les régions belges et l’organisation mondiale de la santé concernant la recherche scientifique dans ce domaine.

Proximus estime que la technologie peut améliorer nos vies. Mais cela ne signifie pas que nous croyons que tout le monde devrait être connecté jour et nuit. Une technologie comme la 5G peut nous assurer que nous pouvons utiliser la technologie plus efficacement (travailler plus rapidement, télécharger un film plus rapidement, utiliser moins d'énergie, etc.), laissant plus de temps pour ce qui est vraiment important dans la vie.