Pourquoi Proximus fait le choix des voitures de société électriques

Femme rechargeant sa voiture à une borne électrique.

Il y a quelques années, j’ai remplacé le chauffage central au mazout installé chez moi par un système de cogénération, un moyen écoénergétique de produire à la fois de la chaleur et de l’électricité. Cette décision, je l’ai prise pour rendre mon habitation plus efficace à long terme en adoptant une consommation d’énergie plus respectueuse de l’environnement. La prochaine étape de ce projet consiste à passer à un véhicule électrique – rechargeable au moyen de l’énergie verte que je produis chez moi.

Je ne raconte pas cette histoire pour me vanter, mais pour démontrer que le passage à des solutions énergétiques durables est chaque jour plus accessible grâce aux progrès rapides de la technologie. Nous constatons la même évolution au sein de notre flotte de véhicules chez Proximus. Comme ce fut le cas chez moi, l’augmentation du nombre de véhicules électriques dans notre flotte s’inscrit dans une stratégie énergétique et de mobilité globale et réfléchie.

J’aimerais vous montrer comment nous utilisons notre position d’important opérateur télécom en Belgique pour initier le changement dans le domaine de la mobilité, pour convaincre davantage d’employés d’opter pour la conduite électrique et pour jouer un rôle actif dans la lutte contre le changement climatique en collaboration avec nos partenaires.

Une expérience énergisante

Proximus s’engage à ne plus acheter de véhicules à énergie fossile d’ici 2025. Cette transition nécessite de la préparation. C’est dans cette optique qu’en 2019 nous avons mis sur pied une expérience : mettre un véhicule électrique (VE) à disposition d’une douzaine d’employés volontaires. Il n’y avait aucune réserve par rapport à ces voitures ; le défi consistait à les recharger.

Grâce à l’utilisation d’un système de recharge intelligent pour la maison en partenariat avec Powerdale, cette expérience fut un succès. Depuis lors, cette option a été intégrée à notre plateforme de budget mobilité, facilitant ainsi les remboursements. La prochaine étape, en accord avec les syndicats, consistera à permettre aux employés de faire installer une borne de recharge à leur domicile en utilisant leur budget mobilité. Cette démarche devrait lever les dernières hésitations concernant la recharge des véhicules électriques.

Entretemps, les voitures hybrides constituent une bonne alternative aux véhicules électriques, surtout lorsqu’elles sont intégrées dans le budget mobilité. Ces voitures ont une autonomie de 30 à 50 km sur la batterie seule, ce qui suffit à certains pour se rendre au travail rien qu’à l’aide de l’énergie électrique. D’autres peuvent combiner le trajet en voiture jusqu’à la gare pour ensuite prendre le train et rejoindre le bureau sans avoir émis le moindre gramme de CO2. Aujourd’hui, un tiers des véhicules commandés dans notre flotte sont déjà des véhicules hybrides. Mais avec la nouvelle liste de voitures de société soigneusement établie sur la base de l’EcoScore, nous pensons que le nombre de commandes de modèles hybrides et 100 % électriques augmentera très sensiblement. Il s’agira d’un élément clé pour atteindre les objectifs de notre entreprise en matière de réduction des émissions de CO2.

Un marché automobile en évolution

On entend de nombreux arguments à charge des voitures électriques. Leur autonomie est trop faible. Elles se rechargent trop lentement. Il n’y a pas assez de bornes de recharge. Heureusement, bon nombre de ces critiques sont dépassées ou en passe de l’être. Le marché automobile connaît une rapide mutation. Il est clair que les véhicules électriques représentent l’avenir : chaque constructeur automobile et chaque producteur d’énergie investit dans cette transition. Mais les premiers fruits de cette évolution permettent déjà aux entreprises d’utiliser les véhicules électriques comme véhicules de société.

Le prix des véhicules électriques ne constitue plus un argument recevable contre eux. Ils diminuent chaque année et le coût des entretiens est lui aussi plus faible. Leur durée de vie plus longue et les nombreux avantages fiscaux qu’ils procurent les rendent donc à peine plus chers que les véhicules à énergie fossile dans l’ensemble. Par ailleurs, les durées de recharge diminuent et le nombre de bornes disponibles ne cesse d’augmenter, notamment grâce aux investissements majeurs effectués par des entreprises comme Total Energies. De plus, la plupart des véhicules électriques parcourent sans peine 300-400 km avec une seule charge. L’argument du manque d’autonomie devient donc peu pertinent, sauf cas exceptionnels.

Conclusion ? Le principal défi de la transition électrique n’est donc pas d’ordre technologique. Il s’agit maintenant de sensibiliser et d’éduquer les automobilistes. Beaucoup choisissent leur voiture en fonction de leur hobby ou de leurs projets de vacances. Toutefois, avec la dissipation des doutes à propos de l’autonomie et des possibilités de recharge, les arguments à l’encontre des véhicules électriques disparaissent aussi. Il s’agit de le démontrer aux employés et de les inciter à suivre la route du changement, par exemple à travers le budget mobilité.

L’importance d’établir des partenariats

Une chose devrait être claire : le succès de la transition vers la mobilité verte au sein d’une entreprise dépend de multiples facteurs, parmi lesquels la disponibilité de véhicules adéquats et de technologies adaptées, l’intégration de plusieurs options de mobilité et, le plus important, la volonté commune de participer au changement. Voilà pourquoi la conclusion de partenariats revêt un caractère essentiel. Grâce à des partenaires comme Vaigo, ‘o2o’ bike lease, Total Energies, Powerdale, ainsi que de nombreuses sociétés de transport public et de vélopartage avec lesquelles nous collaborons, nous sommes en mesure de mettre en œuvre des solutions fonctionnelles pour nos employés.

Cela fonctionne dans les deux sens : nos partenaires nous permettent d’atteindre nos objectifs, mais notre taille et notre profil d’entreprise nous aident à définir des objectifs très ambitieux et à encourager d’autres acteurs de la mobilité et de l’énergie à proposer des solutions innovantes. Grâce à ces efforts conjoints, nous pouvons mettre en œuvre dès aujourd’hui la mobilité de demain.

 

Peter Wambacq, Fleet Manager chez Proximus
Imprimez

Partagez cette nouvelle via